En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Isaac Lazarus Israels

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Amsterdam 1865  – La Haye 1934).

Fils de Jozef Israels, qui l'influença beaucoup, il débute comme élève dans les Académies de La Haye (1878-1880) et d'Amsterdam (1886-87), où il séjourne jusqu'en 1903. Dès 1878, il accompagne son père dans ses voyages à Paris, fait la connaissance de Manet et de Lieberman, avec lesquels il peindra souvent plus tard, et pratique à ses débuts un réalisme influencé par Bastien-Lepage ; ses portraits et scènes militaires sont bien accueillis au Salon de Paris en 1885 (le Départ des coloniaux, 1883, Otterlo, Rijksmuseum Kröller-Müller ; Portrait de Jozef Israels, 1887). Épris de modernité, il devient à Amsterdam, avec son compagnon Breitner, le meilleur représentant de l'" Impressionnisme néerlandais ", associant habilement la leçon parisienne à celle du Réalisme traditionnel de la Hollande (les Trieuses de café, 1893-94, La Haye, Gemeentemuseum). Son style et ses préoccupations esthétiques se fixent v. 1895 et l'artiste n'évoluera guère malgré la diversité de ses fréquentations (Mallarmé, Huysmans, Zola, Redon, Van Dongen). À Paris de 1904 à 1913, Isaac prolonge la tradition des Nabis, dans des couleurs et une touche chaleureuses (Au bois de Boulogne, 1906 ; Prête à sortir, 1911, Otterlo, Rijksmuseum Kröller-Müller). Éxilé quelque temps à Londres durant la guerre, il s'intéresse au thème de la boxe (Boxeur, 1915, Utrecht, Centraal Museum) et, après un voyage en Indonésie (1921-22), s'installe définitivement à La Haye (1923). Il est représenté dans les musées hollandais d'Amsterdam (Rijksmuseum et Stedelijk Museum), d'Otterlo (Rijksmuseum Kröller-Müller), d'Utrecht (Centraal Museum), de Groningue et de Rotterdam (B.V.B.) et particulièrement au Gemeenstemuseum de La Haye. L'œuvre d'Isaac Israels a figuré dans quelques expositions particulières comme au musée de Groningue en 1956, à Amsterdam (Stedelijk Museum) en 1958-59 et à Paris (Inst. néerlandais) en 1959.