En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adriaen Isenbrant ou Adriaen Ysenbrandt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand ( ? – Bruges 1551).

Élève de Gérard David, il fut inscrit comme étranger en 1510 sur les registres de la gilde de Bruges. Hulin de Loo lui attribua deux panneaux représentant Notre-Dame-des-Sept-Douleurs : l'un est conservé à l'église Notre-Dame à Bruges et l'autre, en grisaille (au revers, le donateur George Van de Velde, sa femme et ses enfants) au M. R. B. A. de Bruxelles. Les nombreux tableaux religieux ou les portraits proches de ces œuvres types, telles la Vierge dans un paysage (musées de Gand, d'Anvers ; Londres, N. G.) et la Fuite en Égypte (Vienne, K. M.), prouvent l'existence d'un vaste atelier et rappellent, l'art de Gérard David. En effet, Isenbrant subit l'influence de l'école d'Anvers (Q. Metsys, paysages de Patinir). Le Triptyque de l'église Notre-Dame de Lübeck, seule œuvre datée (1518), qui fut détruit lors de la dernière guerre, l'Adoration des bergers (musée de Bâle), le Peseur d'or (Metropolitan Museum) présentent un modelé des formes doux et estompé où apparaît l'influence du sfumato de Léonard de Vinci et qui le rapprochent d'Ambrosius Benson.