En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Karl Isakson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre suédois (Stockholm 1878  – Copenhague 1922).

Il étudia à l'Académie des arts de Stockholm de 1897 à 1901 et demeurera de 1902 à sa mort à Copenhague, où il mena une existence très retirée. Il fit plusieurs voyages d'études à Paris (1905, 1907, 1911 et 1913-14). Il emprunta les thèmes de ses premières œuvres, pour la plupart détruites, à la mythologie nordique et exécuta des compositions allégoriques dans l'esprit " fin de siècle ". Ses premiers séjours à Paris l'orientèrent vers les problèmes de couleur et de construction. De 1905 à 1907, il étudia attentivement Delacroix et Manet ; durant sa période dite " grise ", sa peinture est toute en valeur : gris, ocre et brun (études de modèles, natures mortes, portraits). Sa découverte à Paris, en 1911, de l'art de Cézanne, de Matisse et des cubistes fut déterminante pour son évolution. Isakson peignit alors natures mortes, intérieurs, nus (Modèle nu debout dans un intérieur, 1918-1920, Copenhague, N. C. G.), paysages (entre autres des îles de Bornholm et de Christiansø), construits en plans clairs, où les couleurs complémentaires et contrastées, subtilement graduées, se rapprochent de plus en plus de la gamme pure du spectre. Ces peintures, où les mêmes motifs se répètent avec d'infinies variations, étaient considérées par le peintre comme de simples exercices pour un grand projet sur un thème biblique que des esquisses, hautes en couleur et d'une suggestion visionnaire, annonçaient dès 1920 (la Résurrection de Lazare, versions au musée de Göteborg et au Moderna Museet de Stockholm). L'art d'Isakson, qui, de son vivant, était complètement inconnu en Suède, a eu, par la pureté de ses lignes et son pouvoir expressif, une très forte influence sur la peinture suédoise et danoise du xxe siècle. Isakson est représenté notamment à Stockholm (Nm et Moderna Museet), au Louisiana Museum (Danemark).