En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Eugène Isabey

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1804 – Montévrain, près de Lagny, Seine-et-Marne, 1886).

Fils de Jean-Baptiste Isabey, Eugène Isabey fut contraint par son père d'embrasser une carrière de peintre. Sa vie se déroula sans épisodes dramatiques, il chercha son inspiration dans les sites et les régions que ses voyages l'amenèrent à visiter : la Normandie (où il revint sans cesse), la Bretagne, l'Auvergne, le midi de la France, l'Algérie (il accompagna l'expédition d'Alger comme peintre officiel), la Hollande et l'Angleterre. Il débuta au Salon de 1824 avec des marines et ne cessa de pratiquer ce genre (ports, scènes de plage, tempêtes en mer, scènes de pêche), où se trouve le meilleur de sa production. Dans ces peintures se manifeste l'influence reçue des paysagistes anglais, et plus précisément de Bonington. Isabey apprit de celui-ci le jeu des demi-teintes blondes et des gris subtils suscitant une lumière nacrée (le Pont de bois, Louvre), ajoutant souvent à ces calmes mouvances l'emportement d'un tempérament romantique (le Port de Dieppe, 1842, musée de Nancy) et s'élevant parfois jusqu'à une grandeur pathétique (l'Embarquement des Cendres à Sainte-Hélène, 1842, Versailles). Mais il prit aussi de lui le goût de l'intimisme (Madame Isabey et sa fille, Paris, musée Carnavalet) et surtout celui des scènes de genre situées dans les siècles passés. Traitées à l'huile ou à la gouache d'un pinceau minutieux, ces scènes évoquent les peintures hollandaises du xviie s., dont elles reprirent souvent la composition et les décors (Un mariage à Delft, 1847, Louvre). Par la diversité de son art et de ses moyens d'expression, Isabey fut un des plus grands parmi les petits maîtres romantiques. Par l'influence directe exercée sur Boudin et sur Jongkind, à qui il enseigna à traduire la luminosité de l'atmosphère, il constitua un des principaux chaînons reliant l'école des paysagistes de 1830 à l'Impressionnisme. De nombreux musées conservent de ses œuvres : Amiens, Béziers, Caen, Dieppe, Honfleur, Laval, Le Havre, Marseille, Montpellier, Nantes, Perpignan, Reims, Toulouse, Paris (musée d'Orsay).