En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henry Inman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et portraitiste américain (Utica, New Jersey, 1801  – New York 1846).

Établi à New York avec sa famille (1812), il y étudia chez le portraitiste John Wesley Jarvis (1780-1840), alors en vogue, à partir de 1813. En sept ans, il devint son élève préféré et son collaborateur : ils firent ainsi ensemble un voyage en Louisiane en 1820-21, travaillant de concert à La Nouvelle-Orléans, où ils obtinrent un succès considérable et immédiat. Inman se spécialisait alors dans des portraits de petit format exécutés à l'aquarelle. Il s'installa à New York en 1824, fut l'un des fondateurs de la National Academy of Design (1826) et son vice-président jusqu'en 1831, date à laquelle il alla habiter près de Philadelphie. Il s'associa avec Cephas Grier Childs (1793-1871) pour la publication de lithographies, continuant à peindre des portraits mais aussi des paysages et des scènes de genre, enseignant à la Pennsylvania Academy of Fine Arts, dont il fut directeur (1834 ; son célèbre Autoportrait date de cette même année et y est conservé). Son succès comme portraitiste ne cessa de se confirmer (il séjourna spécialement en Angleterre en 1844-45 pour l'exécution de deux commandes, W. Wordsworth, Philadelphie, University of Pennsylvania, et T. B. Macaulay, id., Pennsylvania Academy of Fine Arts) : on estimait de son temps qu'il était le peintre le mieux payé des États-Unis. La N. A. D. organisa peu après sa mort une exposition rétrospective de ses œuvres, la première de ce genre organisée aux États-Unis.