En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John William Inchbold

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Leeds 1830  – Headingley, près de Leeds, 1888).

Il commença par être dessinateur chez un lithographe à Londres, étudia avec Louis Haghe avant de s'adonner à l'aquarelle. Il entra en 1847 à la Royal Academy, où il exposa pour la première fois en 1852. Il voyagea en Europe et en Algérie, visita plusieurs fois la Suisse, où il s'installa les dix dernières années de sa vie. Il y avait d'abord séjourné avec Ruskin, qui s'était intéressé à son œuvre (le Lac de Lucerne, 1857, Londres, V. A. M.). Mais le critique rompit finalement avec lui, comme il devait le faire plus tard avec John Brett (1858). Préoccupé de reproduire fidèlement la nature, il fut considéré en son temps comme un des principaux paysagistes préraphaélites (il était entré en contact avec eux par le biais de Rossetti) [le Début du printemps, Oxford, Ashmolean Museum ; Bolton ou la Biche blanche de Rylstone, 1853, Leeds, City Art Gal.]. En 1877, il publia un recueil de vers, Annus Amoris. Son œuvre est représentée à Londres (Tate Gal. et V. A. M.).