En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adolf Hölzel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Olmütz, Moravie,  1853  – Stuttgart  1934).

Il fit ses études à l'Académie de Vienne à partir de 1875, et à celle de Munich à partir de 1882. Ses œuvres de jeunesse révèlent l'influence du réalisme de Leibl. En 1888, il s'installe à Dachau et y dirige un atelier de peinture, où il a Nolde pour élève, jusqu'à sa nomination à l'Académie de Stuttgart en 1906. Ses compositions de grand style — paysages et figures —, qui illustrent le plus souvent des thèmes bibliques, expriment un sentiment de sérénité. Une tendance de plus en plus grande à l'abstraction le conduit, dès 1905, à réaliser des tableaux non figuratifs (Composition en rouge I, 1905, Hanovre, Pelikan Kunstsammlungen ; Abstraktion, 1912 ; Abstraktion II, v. 1913-14, Stuttgart, Staatsgal.). Professeur à l'Académie de Stuttgart jusqu'en 1919, il y exerça une grande influence, à la fois comme maître et comme théoricien. Parmi les artistes qu'il influença, citons notamment O. Schlemmer, I. Kerkovius, O. Meyer-Amden, A. Segal, J. Itten. L'allure monumentale de son style lui valut des commandes de décorations murales et, à partir de 1916, des projets de vitraux ; il a décoré en 1916 la salle des séances de la fabrique de biscuits Bahlsen à Hanovre, en 1929 l'escalier de l'hôtel de ville de Stuttgart et la salle des séances de la fabrique de couleurs Günther Wagner à Hanovre, en 1934 l'escalier de la firme Maerklin à Stuttgart. À partir de 1923, il utilisa presque uniquement le pastel. Ses principes pédagogiques furent en particulier repris par Johannes Itten au Bauhaus et eurent, ainsi que sa théorie des couleurs, un grand retentissement.