En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Huys

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur flamand (Anvers v.  1519  – id. 1584).

Il devint franc maître en 1545. Ses tableaux sont fort rares ; il en subsiste une douzaine, dont quatre signés et datés entre 1547 et 1577. Ses " diableries " sont inspirées de celles de Bosch, mais elles se révèlent plus proches de la nature. Huys a été également influencé par Pieter Bruegel et par Jan Van Hemessen. Il a travaillé pour l'éditeur d'estampes Hieronymus Cock et pour la maison Plantin, où il a collaboré à l'illustration de nombreux ouvrages. L'influence de Bosch se manifeste dans son œuvre la plus ancienne, la Tentation de saint Antoine (1547, Louvre). L'artiste s'y distingue de son modèle par un coloris personnel, un modelé plus poussé et une plus grande objectivité dans le rendu des détails. Dans l'Enfer du Prado (1570), il s'est inspiré de Bruegel, sans l'imiter entièrement. Le Joueur de cornemuse des musées de Berlin (1571) rappelle Hemessen par la représentation, mais se rapproche davantage de Bruegel par l'exécution. Il est curieux de voir comment Huys revient finalement à la manière de Bosch dans sa dernière œuvre datée : la Tentation de saint Antoine (1577, Anvers, musée Mayer Van den Bergh).