En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vilmos Huszar

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais d'origine hongroise (Budapest 1884  – Hierden 1960).

Après avoir accompli ses études à l'École des arts appliqués de Budapest, puis à Munich, le peintre Vilmos Huszar s'est installé à la Haye en 1905. Ses premières œuvres sont marquées par le Réalisme mais aussi par l'art de Van Gogh (Autoportrait avec sa femme, 1910, La Haye, Gemeentemuseum). Il évolue ensuite vers l'art " nabi " en privilégiant les aplats et les formes simplifiées (Garçon regardant un nuage blanc, 1910, Otterlo, Rijksmuseum Kröller-Müller). Il pratique ensuite un art marqué par le futurisme avec d'évidentes allusions symbolistes (Vincent). Sa palette se simplifie (Portrait du marchand Willem Walrecht, 1916) en même temps qu'il se consacre à la recherche de vitraux, qui le conduit à l'Abstraction (Jeune Fille, 1916, perdu). Il rencontre en 1917 Bart Van der Leck, qui le marque profondément. Les tableaux qu'il réalise alors (Composition II [les Patineurs], Marteau et scie, 1917, La Haye, Gemeentemuseum) sont uniquement constitués de surfaces colorées et de formes géométriques disposées dans un espace à deux dimensions selon les directions horizontale et verticale. Vilmos Huszar va être cofondateur du mouvement De Stijl en 1917 et réalise la couverture de la revue de Van Doesburg créée la même année. En 1917, dans le n° 6 de la revue De Stijl, Vilmos Huszar publie la Composition VI, seulement constituée de surfaces noir et blanc où se pose le problème du fond et de la forme et qui représente un apport original au Néo-Plasticisme. Il travaille par la suite avec l'architecte Jan Wils, pour lequel il réalise des aménagements intérieurs ainsi que des vitraux. En 1923, il a l'occasion de collaborer avec Gerrit Rietveld à l'étude d'un pavillon d'exposition pour Berlin, pour lequel il met au point la polychromie intérieure mais qui ne sera pas exécuté. Il est aussi soucieux de faire passer ses recherches dans la vie courante et il effectue de nombreux travaux de typographie et de graphisme publicitaire, notamment pour la firme de tabac Miss Blanche (1926-27). Dès 1923, il avait quitté le mouvement De Stijl et était revenu à une peinture plus figurative (Fleurs, 1922, Paris, M. N. A. M. ; Joueurs de baccara, 1928, Madrid, fondation Thyssen-Bornemisza). Il a eu également l'occasion de collaborer avec le mouvement dadaïste néerlandais, en particulier avec Théo Van Doesburg et Kurt Schwitters, en 1923. Une rétrospective de son œuvre a été organisée au Gemeentemuseum de La Haye en 1985.