En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Morris Hunt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur américain (Brattleboro, Vermont, 1824  – Isles of Shoals, New Hampshire, 1879).

Hunt quitta rapidement l'université Harvard pour voyager en Europe avec sa famille. Son ambition était de devenir sculpteur. En conséquence, il travailla dans l'atelier de H. K. Brown, à Rome, et passa quelque temps à l'Académie de Düsseldorf. De 1847 à 1852, il fut à Paris l'élève de Couture, dont l'influence sur lui cessa d'être prédominante à partir du jour où il fit la connaissance de J.-F. Millet. Les deux artistes furent très liés, entretinrent une longue correspondance, et Hunt fut l'un des premiers collectionneurs américains de Millet (et aussi des autres peintres de Barbizon). Il revint aux États-Unis en 1855, s'établit à Boston en 1862 et retourna en Europe en 1866-1868. Il fut un professeur renommé (Talks on Art, 1875) et eut une grande influence sur le goût de la bonne société bostonienne pour l'école de Barbizon, qu'il contribua ainsi à faire admirer et acheter aux États-Unis. Il reçut en 1875 la commande des grandes décorations du Capitole d'Albany (1878, Anahita or the Flight of Night, dont il fit de nombreuses versions, tant peintes que sculptées [Metropolitan Museum]). Fort éprouvé par ce travail, il mourut noyé peu après, peut-être volontairement.

Il fut essentiellement un portraitiste au style éclectique, caractéristique d'une grande partie de la production américaine de la seconde moitié du xixe s. Ses meilleurs portraits, Portrait of Mrs Adams (Boston, M. F. A.), Portrait of Lemuel Shaw (1859, Salem, coll. du Commonwealth of Massachusetts), combinent les influences de Couture et de Millet. Par la suite, il se montra plus sensible à des effets d'atmosphère : The Bathers (1877, Metropolitan Museum).