En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Friedrich Stowasser, dit Fritz Hundertwasser

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Vienne  1928 – en mer, à bord du Queen-Elizabeth II, 2000).

Autodidacte, il se rendit en 1950 à Paris ou il revint fréquemment. Sa première exposition individuelle eut lieu à l'Art-Club de Vienne en 1952. En 1954, il fut révélé par le critique Julien Alvard au public parisien à la gal. Paul Facchetti. Sa peinture (il est avant tout aquarelliste) s'inspire tantôt de Klee et de dessins d'enfants, tantôt de formes puisées dans l'ouvrage de Prinzhorn Bildnerei der Geisteskranken (la " création artistique chez les malades mentaux "), de principes abstraits, de lignes tracées par une main enfantine sur le pavé, mais aussi des collages de Schwitters (dont il se détourne bientôt) et de la tonalité comme du style ornemental de ses compatriotes Schiele et Klimt. Sous le pinceau de l'artiste, tous les éléments, maisons, jardins, têtes en forme de sphère, yeux en amandes, larmes, barbes, gouttes de pluie, se regroupent en de féeriques compositions dont les couleurs rappellent parfois celles des miniatures orientales. Hundertwasser est représenté à Vienne (Österr. Gal., musée du xxe siècle et Kulturamt), à New York (Brooklyn Museum), à São Paulo (M. A. M.), à Amsterdam (Stedelijk Museum) et à Paris (M. N. A. M.).