En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alfred Hrdlicka

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur autrichien (Vienne 1928).

Il fréquente de 1946 à 1953 l'Académie des beaux-arts de Vienne, où il étudie la peinture sous la direction de Gütersloh et de Dobrowsky, et la gravure en suivant en auditeur libre les cours de Christian Martin ; de 1953 à 1957, il est l'élève du sculpteur Wotruba. Sa première exposition importante a lieu en 1960.

Dès 1950, Hrdlicka se réclame du Naturalisme. Mais les problèmes sociaux, la tragédie humaine, la guerre et la criminalité le préoccupent alors que son œuvre est encore sous le signe du Cubisme et du Dadaïsme. Aux personnages et aux phénomènes mythiques qu'il met en scène, l'artiste sait aussi conférer un caractère d'actualité. Inspiré par une tragédie réelle, son tableau les Baigneurs (plusieurs versions de 1955 à 1960) représente des hommes nus, des Juifs, que des S.S. vêtus seulement de manteaux précipitent à l'eau pour les y exterminer. Son premier cycle d'eaux-fortes, intitulé Mille et Une Nuits (1959-1962), est consacré au monde des bars et de la prostitution. Une autre série de gravures (1965) est dédiée à " Martha Beck ", une infirmière américaine qu'un amour conduisit au crime.

" De la théorie de l'art au XXe siècle ", tel est le titre général sous lequel se regroupent les trois cycles Haarmann, Winckelmann et Roll over Mondrian. Les meurtres de Hanovre, la sinistre fin du savant, auteur de la formule de la " noble simplicité et de la silencieuse grandeur ", assassiné à Trieste, sont, ainsi que l'univers du maître néerlandais, les points de cristallisation d'un monde à facettes multiples. Cette violente polémique est un réquisitoire contre l'esthétisme et l'Abstraction. Un " automatisme " figuratif et des éléments stylistiques empruntés à l'art cinématographique ou aux bandes dessinées voisinent avec ceux des artistes classiques, de Rembrandt (dont l'artiste se sent particulièrement tributaire) et Goya à Otto Dix et Grosz. Randolectil est le nom d'un médicament employé en psychiatrie, et le cycle de gravures qui porte ce titre nous introduit dans le monde des malades mentaux ; l'artiste illustre ainsi la fragilité des frontières entre le " normal " et le " pathologique ". Il participe à la Biennale de Vienne en 1964 et en 1982. Plusieurs expositions lui ont été consacrées à Lübeck (1980), à Vienne (1983) et à Mexico (1984).