En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Hopper

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Nyack, New York, 1882  – New York 1967).

Sa formation artistique s'effectua auprès de Kenneth Hayes Miller et de Robert Henri à la New York School of Art (de 1900 à 1906). Entre 1906 et 1910, Hopper fit trois voyages en Europe, durant lesquels il séjourna principalement en France. Contrairement à la plupart de ses compatriotes qui se rendirent à cette époque en Europe, il se montra relativement insensible aux développements les plus avancés de l'art européen. Il tira quelques leçons du Néo-Impressionnisme, ignora totalement le Cubisme naissant, et les toiles de cette époque qui nous sont parvenues indiquent déjà clairement l'acquisition d'un style solide et personnel, sobre et concerté, dont il ne se départit jamais (le Quai des Grands-Augustins, 1909, New York, Whitney Museum). Hopper exposa pour la première fois à l'Harmonie Club en 1908 en compagnie d'autres artistes et, bien que la toile qu'il montra à l'Armory Show (Sailing, 1913, coll. James H. Beal) eût trouvé acquéreur, le succès fut lent à venir. Aucun autre tableau ne fut vendu avant 1923. Entre 1915 et 1920, son activité de peintre fut d'ailleurs quelque peu réduite : pour subvenir à ses besoins, Hopper devait travailler comme illustrateur commercial et, dès 1915, il commença une série d'ailleurs brillante d'eaux-fortes (Night Shadows, 1921 ; Train and Bathers, 1930).

Hopper mena une vie calme, entièrement vouée à l'accomplissement de son œuvre. Il ne retourna jamais en Europe après 1910 mais voyagea abondamment aux États-Unis et au Mexique. Le choix de ses sujets, paysages américains, figures solitaires dans des chambres d'hôtels ou des bars, monde du théâtre, l'a souvent fait passer pour un simple illustrateur, ce dont lui-même se défendait. Son " américanisme " réside moins dans ses sujets que dans sa manière de peindre, franche, directe et solide, que les peintres pop admireront.

Sa production, considérable, ne saurait être caractérisée par époques. Son style accuse peu de différences entre 1913 et 1965. Cette obstination typique de son caractère est aussi l'une des raisons de la grandeur de son œuvre. Parmi ses toiles les plus célèbres, il convient de citer Early Sunday Morning (1930, New York, Whitney Museum), Room in Brooklyn (1932, Boston, M. F. A.), New York Movie (1939, New York, M. O. M. A.), Gas (1940, id.), Nighthawks (1942, Chicago, Art Inst.), Second Story Sunlight (1960, New York, Whitney Museum). Dès 1933, Hopper bénéficia d'une rétrospective au M. O. M. A. Le Whitney Museum lui en consacra plusieurs en 1950, en 1964, en 1971 ; le musée Rath à Genève en 1991-92 et, de nouveau, le Whitney Museum de New York en 1995, après que ce musée eut reçu en règlement de son testament plusieurs milliers d'œuvres — soit le contenu presque intégral de son atelier après décès.

Signalons enfin que Hopper représenta les États-Unis à la Biennale de Venise en 1948 en compagnie de Calder, de Stuart Davis et de Kuniyoshi. En 1989, le musée Cantini à Marseille a présenté une exposition rétrospective de son œuvre.