En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Winslow Homer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Boston 1836-Prouts Neck, Maine, 1910).

Apprenti lithographe (1854-1857), puis illustrateur (jusqu'en 1875) de la revue new-yorkaise Harper's Weekly, pour laquelle il exécute des reportages dessinés pendant la guerre de Sécession, Homer n'aborde la peinture à l'huile que vers la trentaine avec des tableaux de genre inspirés par la guerre de Sécession et la vie militaire (les Prisonniers revenant du front, 1866, Metropolitan Museum) ainsi que par la campagne (la Cloche du matin, New Haven, Yale University Art Gal ; Partie de croquet, 1866, Chicago, Art Inst.). Après un voyage à Paris (1866-67), où ses Prisonniers furent remarqués à l'Exposition universelle, sa manière se rapproche de celle des débuts de l'Impressionnisme : les sujets de plein air (scènes de la vie campagnarde, plages, scènes maritimes) sont traités par larges taches claires, cernées par un dessin nerveux (Long Branch, New Jersey, 1869, Boston, M. F. A. ; Snap the Whip !, 1872, Youngstown, Ohio, Butler Inst. of American Art). Il subit également l'influence des estampes japonaises. À partir de 1881 (en 1881-82, il fait un long séjour en Angleterre du Nord, sur la côte, à Tynemouth), ses tableaux s'assombrissent et s'empâtent. Il est alors installé à Prout's Neck, sur la côte du Maine, d'où il partira tous les ans pour des voyages d'été dans les Adirondacks ou le Canada, d'hiver à Nassau, à Cuba, en Floride ou aux Bermudes. Il peint la vie rude des marins, en mettant l'accent sur l'héroïsme de l'homme en lutte avec les éléments (la Corde de sauvetage, 1884, Philadelphia Mus. of Art ; la Corne de brume, 1885, Boston, M. F. A ; Herring Net, 1885, Chicago, Art Inst. ; Eight Bells (les Heures), 1885, Andover, Phillips Academy ; le Tocsin, 1886, Metropolitan Museum), la puissance de la mer (le Soleil sur la côte, 1890, Toledo, Ohio, Museum of Art ; The Gulf-Stream, 1899, Metropolitan Museum) ou son insolite poésie (Nuit d'été, 1890, musée d'Orsay) ; il décrit aussi la chasse (le Cerf, 1892, Washington, N. G.), les animaux sauvages (Doublé, 1909, id.). À la même époque, cependant, ses aquarelles (il avait exécuté les premières en 1873 et devint en Amérique un des maîtres du genre), qui évoquent ses voyages ou préparent ses compositions (Boston, M. F. A. ; Chicago, Art Inst. ; Metropolitan Museum ; New York, Cooper Union Museum et Brooklyn Museum), restent très fluides et vivement colorées. Homer pratiqua aussi l'eau-forte : Saved (1889). De son vivant déjà, Homer était considéré comme le type même de l'artiste américain ; le réalisme est l'expression spontanée de son génie, mais il est mis au service d'une haute conception de la valeur humaine. Une rétrospective a été présentée (La Haye ; Washington, N. G. ; New York, Metr. Museum) en 1995-96.