En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Evangelist Holzer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Burgeis 1709 – Cologne 1740).

Originaire du Tyrol, il reçut sa première formation à Saint-Martin (Passeiertal), puis fut apprenti chez J. A. Merz à Staubing de 1728 à 1730, date à laquelle il devint élève de l'Académie d'Augsbourg. Il fut le compagnon de Bergmüller de 1732 à 1736, travailla chez l'éditeur J. A. Pfeffel de 1736 à 1738. Ses nombreuses décorations de façades de maisons d'Augsbourg, dont il ne subsiste que les dessins (musée d'Augsbourg), avaient suscité l'admiration des peintres classiques. Son attachement aux traditions allemandes est sensible dans la fresque de la coupole de Saint-Antoine à Partenkirchen (1736), à travers le réalisme expressif des paysans malades implorant saint Antoine, la simplicité des gestes et le pathos de certains visages. À cela s'ajoute la puissance que confèrent aux figures une facture large et de violents coups de lumière. Dans un genre plus aristocratique, la fresque (1737) de la résidence d'été d'Eichstätt représente l'Aurore et le Printemps, accompagnés de figures légères dans un ciel au coloris clair où seule une petite balustrade joue le rôle de passage. Il mourut à l'âge de 31 ans, alors qu'il s'apprêtait à décorer le pavillon de chasse de Clemenswerth, près de Cologne. Aquafortiste lui-même, il a exécuté des projets pour les graveurs d'Augsbourg et peint des portraits des notables de cette ville (Christian Georg et Maria Magdalena von Köpf, Augsbourg, Staatsgalerie), où l'influence du portrait baroque français l'emporte sur la tradition allemande.