En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Václav Hollar

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Dessinateur, graveur et miniaturiste tchèque (Prague  1607  – Londres  1677).

On lui doit de nombreuses estampes, des illustrations gravées et des dessins (paysages, villes, portraits, scènes de genre, natures mortes, cartes géographiques, études minutieuses de coquillages et de costumes), soit pas moins de 2 700 eaux-fortes et 400 dessins. Ses premières œuvres connues sont des copies de gravures de Dürer et des notations de Prague. En 1627, Hollar quitte sa ville natale. Il travaille d'abord à Francfort-sur-le-Main, dans l'atelier de M. Merian. En 1628, il est à Strasbourg, où il grave, pour le compte de l'éditeur Jacob Van den Heyden, des vues de la ville et de ses environs, ainsi que des Petites Vues représentant Prague. En 1629, il a son propre atelier à Strasbourg mais continue à travailler pour Merian. De 1632 à 1636, Hollar séjourne à Cologne, où il exécute, chez A. Hogenberg, 24 paysages à l'eau-forte. Un séjour aux Pays-Bas, en 1634, lui fait découvrir les gravures de Rembrandt et la mer, nouvelle source d'inspiration (le Zuiderzee, le Port d'Amsterdam). En 1636, Hollar entre au service de Thomas Howard, comte d'Arundel, qu'il suit dans un voyage à travers l'Europe. L'année suivante, il s'établit à Londres, où il exécute la suite des Quatre Saisons (1641, 1643), celle du Theatrum mulierum (1642-1644), études de costumes de divers pays, et des vues générales des villes d'Europe (Bruxelles, Passau, Prague), dont la composition révèle l'influence des paysagistes hollandais. En 1644, la guerre civile l'oblige à se réfugier à Anvers. Il y affine sa technique de l'eau-forte, combinant la gravure directe au procédé des morsures successives, grave des illustrations documentaires pour les collections d'histoire naturelle du comte d'Arundel, ainsi qu'un cycle de Navires marchands néerlandais (1647). Revenu en Angleterre en 1652, Hollar y réalisera de remarquables illustrations pour les traductions de Virgile, de l'Iliade d'Homère et des Fables d'Ésope, ainsi que pour le Monasticon anglicanum de Dudgale, série de vues des monuments d'Angleterre (1672). Imprégnée d'une sensibilité maniériste, son œuvre clôt la tradition d'objectivisme scientifique de la Renaissance. Une collection de ses gravures et dessins, acquise en 1863, se trouve au musée de Prague. Hollar est l'aquafortiste " allemand " le plus important de son temps et appartient, aux côtés de Callot et de Rembrandt, aux grands de son siècle.