En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ludwig von Hofmann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Darmstadt  1861  – Pillnitz  1945).

Hofmann se forma dans les Académies de Dresde (1883-1886), de Karlsruhe et de Munich, puis, en 1889, il travailla à l'Académie Julian à Paris, où il fut vivement impressionné par les œuvres d'Albert Besnard et de Puvis de Chavannes, et, en 1892, à Munich, par celles de von Marées.

Il se lie au groupe des XI et connaît Corinth, Leistikow et Liebermann. Chez Hofmann, les motifs symboliques du paysage ont reflété d'abord une conception pessimiste du monde, qui s'est effacée au cours de son évolution devant l'expression d'une méditation mélancolique (Nocturne, Munich, Neue Pin.) ou de la joie de vivre. Les silhouettes dynamiques et les couleurs brillantes de ses tableaux visent à représenter l'accord paradisiaque de l'homme et de la nature (Paysage bucolique, v. 1900, musée d'Altenburg).

Le thème de prédilection de Hofmann, qui correspond au besoin d'une forme rythmique, est la danse et les sujets antiques, Grâces, Ménades ou Niobides, sont restitués dans un présent intemporel. Les formes linéaires se déroulent harmonieusement dans des compositions fortement structurées aux coloris clairs et décoratifs (Près de la source, musée de Riga) et prendront ensuite un aspect cubisant (le Rassemblement, Leicester, Leicestershire Museums Art Galleries).

Après un séjour à Berlin et à Rome, Hofmann fut appelé en 1903 à la direction de la Kunstschule de Weimar, où il exécuta des peintures murales pour le foyer du nouveau Grand Théâtre et le musée dus à Henry Van de Velde. En 1909, il décora suivant la même technique la salle des Séances du Sénat de l'université d'Iéna. Il laissa encore de nombreux pastels, des esquisses décoratives et des illustrations pour les ouvrages de Theodor Däubler, d'Eduard Stucken et de Herbert Eulenberg. Après 1914, son œuvre, qui évoluera peu, perdit presque toute son influence, naguère importante, sur ses contemporains.

Hofmann est notamment représenté dans les musées allemands (Berlin, Brême, Hambourg, Cologne, Hanovre, Munich, Wuppertal).