En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georg Hoefnagel

dit aussi Joris Hoefnagel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur flamand (Anvers 1542  – Vienne 1600).

Étant, comme son père, marchand de pierreries, il commença à peindre à l'aquarelle pendant ses voyages d'affaires en Espagne (1563-1567) et en France (1561). Après le sac d'Anvers par les soldats espagnols en 1576, il partit avec son ami le géographe Ortelius à la découverte des pays étrangers et visita l'Italie, l'Angleterre, l'Allemagne, où il rencontra Hans Fugger qui le recommanda au duc Albert V de Bavière, et l'Autriche. Il collabora, pour le compte de l'éditeur Georges Bruin, à plusieurs volumes du Civitates orbis terrarum. De 1582 à 1590, il a enluminé pour Ferdinand, archiduc du Tyrol, le Missel romain conservé à la B. N. de Vienne, dont il orna les 650 pages de fleurs, de fruits et d'insectes, de sorte que l'ouvrage semble plutôt un recueil scientifique. C'est en 1590 qu'il entra au service de l'empereur Rodolphe II. Entre 1591 et 1594, il décora un volume calligraphique de Georg Bocskay destiné à ce prince (Vienne, K. M.). L'Album d'insectes de la Bibl. royale de Bruxelles fut aussi exécuté à Prague pour l'empereur Rodolphe II à la fin du xvie s. Sur chacune des 100 pages du recueil, Hoefnagel a représenté, sur fond blanc à l'aquarelle, 5 insectes différents disposés avec une rigoureuse symétrie. Son métier est celui d'un miniaturiste qui rend avec infiniment de précision les moindres détails, fruit de son observation, et qui soigne avec raffinement les bordures de ses motifs, décorées d'allégories de grostesques et de fantasmagories. Sa composition est touffue, mais un rythme élégant l'anime et fait voisiner avec bonheur le naturalisme et l'abstraction décorative. Deux miniatures qui forment un diptyque (musée de Lille) portent un monogramme et la date de 1591 (Allégories sur la brièveté de la vie). Hoefnagel prolonge dans son œuvre la tradition des miniaturistes flamands mais il la renouvelle par le réalisme de son observation animalière et certaines mises en page décoratives ornées de motifs Renaissance, ainsi que par son sens du paysage topographique.