En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

David Hockney

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, dessinateur, photographe et graveur britannique (Bradford, Yorkshire, 1937).

Après des études au collège d'art de Bradford, il travaille de 1959 à 1962 à Londres, au Royal College of Art, où il rencontre — et se lie d'amitié avec — Jones et surtout Kitaj, alors l'un des chefs de file du pop art en Angleterre. Il reçoit le prix Guinness pour la gravure en 1961 et visite New York la même année. Il est à Berlin en 1962, puis voyage en Égypte, où il exécute une série d'illustrations pour le Sunday Times, et, à partir de 1963, il enseigne aux États-Unis dans les universités de l'Iowa, du Colorado et de la Californie. En 1970, la Whitechapel Art Gal. de Londres a présenté une rétrospective de son œuvre. Hockney figure parmi les artistes les plus suivis de l'actuelle école figurative anglaise. Sa peinture et spécialement ses gravures ou ses dessins sont, pour la plupart, autobiographiques. Hockney pratique d'abord une manière faussement naïve et maladroite, puis il peint avec un réalisme simplifié (dessin aux contours stricts) des natures mortes, des paysages, raconte des événements de sa vie à Londres et à Los Angeles ; il place ses personnages dans un décor théâtral, aseptisé, et regarde ce monde sophistiqué avec détachement et humour (le Premier Mariage, 1962 ; Ossie Clark et Celia Birtwell, 1970-71, Londres, Tate Gal.).

Le thème de la piscine californienne l'a particulièrement inspiré (Peter sortant de la piscine de Nick, 1966, Walter Art Gallery ; A Bigger Splash, 1967, Londres, Tate Gal.). Son œuvre dessiné, déjà très abondant, comprend une majeure partie de portraits, d'un style très classique (Peter Schlesinger, 1967, Whitworth Art Gal., University of Manchester ; Henry Geldzahler lisant, 1973 ; Celia, suite, 1972-73). Une grande part de son activité s'exerce dans le domaine du théâtre. Une exposition au Walker Art Center de Minneapolis en 1983 fut consacrée à ses décors et à ses costumes pour The Rake's Progress (1975), la Flûte enchantée (1978), Parade, les Mamelles de Tirésias, l'Enfant et les sortilèges, le Sacre du printemps, le Rossignol, Œdipe roi (1981). Hockney a aussi largement développé depuis le début des années 80 un autre aspect de son œuvre : la photographie au Polaroïd, dont il faisait usage depuis 1964. Par de multiples photographies de détails, il reconstitue des intérieurs, des paysages et opère une recherche approfondie sur la perspective, dans des compositions éclatées affranchies du principe du point de vue unique (Pearblossom Highway, 1982-1986, composition regroupant plus de 700 tirages). Une importante rétrospective a été consacrée à l'artiste (Los Angeles, County Museum of Art) en 1988. Son œuvre graphique a été présentée (Londres, Royal Academy) en 1995-96 ; d'autres expositions lui ont été consacrées (Rotterdam, Los Angeles, Manchester) en 1996.