En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Hirtz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre alsacien (Strasbourg v.  1400  – mort en captivité 1463).

Les archives de Strasbourg le signalent pour la première fois en 1421 à propos de l'achat d'une maison située dans la paroisse de Saint-Thomas. Membre de la guilde des peintres et des orfèvres v. 1426, il milite en 1438 pour la séparation de ces deux corps de métier. En 1439, il est cité comme témoin au procès de Jean Gutenberg. Un texte de 1451-52 le désigne comme devant être dégagé des obligations astreignantes de la guilde ; néanmoins, il est pris, en 1462, comme otage par Friedrich von der Pfalz et meurt l'année suivante.

Lilli Fischel (1952) a montré que les panneaux de la Passion du musée de Karlsruhe, sur l'un desquels (Portement de croix) figure une vue de l'église Saint-Thomas prise depuis sa demeure, doivent lui être attribués et datent de 1440 env. Sur les 8 panneaux d'origine, 7 subsistent actuellement : Prière au mont des Oliviers, Couronnement d'épines, Christ dépouillé de ses vêtements, Portement de croix, Mise en croix (tous au musée de Karlsruhe), Arrestation du Christ (Cologne, W. R. M.), Flagellation (coll. part.). Cet ensemble très expressif, aux compositions denses, dégage une extraordinaire impression de violence. On donne aussi à Hirtz les peintures murales (Gethsémani et l'Arrestation du Christ) qui faisaient sans doute partie d'un cycle autrefois visible à l'église des Dominicains de Strasbourg. Celles-ci ont été restaurées en 1621 par Hilaire Dietterlin, copiées à la plume et au lavis par son fils Barthélemy, reprises en gravure par le père, qui en fit l'hommage à l'empereur Ferdinand II. Lilli Fischel attribue en outre à Hans Hirtz les projets des vitraux de Saint-Pierre-le-Vieux (la Tentation, 1455-1460) et de Saint-Guillaume de Strasbourg (la Passion, 1460), œuvres généralement considérées comme issues de l'atelier de Peter von Andlau.

L'art de Hans Hirtz est d'un réalisme appliqué et fidèle. Il se nourrit aux sources, surtout graphiques, des primitifs des anciens Pays-Bas.