En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ferdinand Theodor Hildebrandt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Stettin 1804  – Düsseldorf 1874).

Après ses études à l'Académie de Berlin à partir de 1820, il entra en 1823 dans l'atelier de Schadow et l'accompagna en 1826 à Düsseldorf, où il enseigna à l'Académie de 1836 à 1854. Il fit partie, avec Lessing, des créateurs du Romantisme poétique à Düsseldorf. Grâce à son amitié avec le célèbre chanteur Devrient, il avait déjà, à Berlin, traité des sujets dramatiques d'une manière poétique (Faust, le Roi Lear, Roméo et Juliette). Après un séjour en Belgique (1829), sous l'influence du réalisme belge, il s'orienta vers la scène de genre. Le Guerrier et son enfant (1832, musées de Berlin) révèle une ingénuité alors très appréciée et qui est à l'origine d'une peinture de genre sentimentale, attentive au détail véridique. Chez Hildebrandt, la tendance au réalisme acceptait un compromis avec l'idéalisme de l'école de Schadow. L'attention aiguë qu'il donnait à ses portraits fait la qualité de celui du Père de l'artiste (1836) et du Portrait de Thelott (Cologne, W. R. M.). Le musée de Posen conserve les Enfants d'Édouard IV (1835).