En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Hicks

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Attleborough, auj. Langhorne, Pennsylvanie, 1780  – Newtown 1849).

Orphelin très tôt (1785), il commença à peindre à 13 ans comme apprenti chez un fabricant de voitures ; devenu peintre d'enseignes, il demeura la plus grande partie de sa vie à Newtown. Âgé de vingt ans, il rejoignit la Société des amis à la suite d'une grave maladie. Prédicateur estimé, il fut un quaker de stricte observance et a laissé des Mémoires concernant son activité religieuse, qui furent publiés après sa mort. Il fut d'ailleurs plus renommé de son vivant pour son activité pastorale que pour sa production picturale. La plupart de ses tableaux illustrent des thèmes bibliques, en particulier celui du Royaume de la paix, qu'il peignit plus de cent fois, avec une verve naïve, mais dans un coloris très délicat et en s'inspirant de gravures anglaises d'après R. Westall ou Benjamin West. Il peignit aussi les débuts de l'histoire américaine au moment de l'Indépendance, scènes qui convenaient le mieux à sa morale.

Hicks est l'un des principaux " primitifs " américains. Il est représenté à New York (Metropolitan Museum) et dans de nombreuses coll. part.