En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Hermann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres allemands.

Franz Georg (Kempten  1692  – id. 1768). Originaire d'une famille de peintres qui travaillait surtout dans le sud de la Souabe, il fut d'abord l'élève de son père Franz Benedikt. Vers 1708, il entra dans l'atelier de Sebastiano Conca à Rome, en même temps que les frères Asam et Nicolaus Stuber. Il obtient un prix à l'Académie de Saint-Luc en 1712. Il est de retour à Kempten au plus tard en 1718. En 1720, il partage avec Pellegrini la décoration à fresque de l'église abbatiale S. Mang à Füssen. Le prince-abbé Anselm von Reichlin-Meldegg le nomme peintre de sa cour à Kempten en 1725. À partir de 1732, il exécute la décoration des murs et plafonds de 4 salles de la Résidence de Kempten. Franz Georg est un peintre habile et rapide qui maîtrise avec virtuosité les grandes surfaces. Sur l'ensemble d'une dizaine de décorations à fresque, très inégales, où le dessin se relâche souvent et où le coloris est dur, la plus importante est le cycle de 27 fresques de l'église de Steinbach (1753), pour laquelle il exécute également des tableaux d'autel, et celle de la bibliothèque de l'abbaye des prémontrés de Schussenried (1755-1757), où son fils Franz Joseph (Kempten 1732 – ?) l'aida à peindre un sujet original et complexe : la Rédemption par la croix du Christ éclairant les sciences. Franz Joseph travailla également pour la Résidence de Kempten, où il termina le cycle de l'Histoire d'Esther en 1791.

Franz Ludwig (Wengen 1710 – Constance 1790/99). Peut-être fils de Franz Georg, il s'établit à Constance v. 1740 et y devint peintre de la cour du prince-évêque F. C. von Rodt. Les 6 fresques de Constance (1770, église Saint-Étienne) et les quelques tableaux d'autel connus à Constance (Martyre de saint Barthélemy, cathédrale) et dans le Brisgau révèlent un artiste doué, plus précis dans son dessin, plus nuancé dans son coloris que Franz Georg.