En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolaes Van Helt

alias Stockade

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Nimègue 1614  – Amsterdam 1669).

Il séjourna à Rome, sans doute apr. 1635, y aurait fait partie de la Bent et reçu le surnom de " Stockade " (dérivé probable d'" estocade "), se retira à Venise, puis en France, où il exécuta plusieurs portraits, dont celui de François de Lesdiguières, gravé par lui-même, celui de Stefano della Bella, gravé par Hollar, et surtout celui du sculpteur bavarois Georg Pfründ (Munich, Alte Pin.), d'une allure très italienne par le geste énergique de la main gauche et somme toute comparable aux portraits romains d'un Vouet. Si l'on en croit le libellé d'une gravure de l'autoportrait du peintre, éditée en 1649 chez Meyssens, Helt-Stockade aurait été nommé peintre de Louis XIII, mais les archives sont muettes à ce sujet. En 1645, le peintre est à Lyon. On a proposé de lui attribuer le beau portrait de Stella du musée de Lyon (peut-être est-ce simplement un autoportrait de Stella ?). Il épouse à Lyon l'une des belles-sœurs d'Asselijn, qui se marie également dans cette ville vers la même époque. Stockade habite ensuite à Anvers, puis, selon Houbraken, il aurait travaillé à la cour de Christine de Suède. On le retrouve à Amsterdam en 1652, se partageant entre une activité de portraitiste et de grandes décorations bibliques ou mythologiques, tels un Joseph faisant distribuer le blé en Égypte (1656) ou le plafond allégorique de la chambre de Justice de 1655 à l'ancien hôtel de ville d'Amsterdam (actuel palais du Dam). En 1665, l'artiste est payé pour diverses peintures allégoriques de l'hôtel de ville de Nimègue. Dans ses portraits hollandais, Helt-Stockade a fait preuve d'un réalisme distingué et ample qui a fait longtemps attribuer à Van der Helst l'attachant Portrait de l'ingénieur Hendrick Hueck et sa femme (v. 1657, Louvre). D'autres œuvres de ce peintre rare, surtout connu par la gravure, sont conservées dans les musées de Varsovie (grand Portrait de famille), de Prague (Gentilhomme de la cour de Louis XIII, daté de 1637), de Leipzig (Suzanne et les vieillards).