En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Heiss

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Memmingen  1640  – Augsbourg  1704).

Élève de J. F. Sichelbein l'Ancien à Memmingen, il fut au service du duc de Wurtemberg en 1663-64. Il travailla en 1672 au couvent d'Ochsenhausen. On n'a pas la preuve qu'il se soit rendu en Italie, bien que son œuvre soit marquée d'empreintes italiennes, mais aussi françaises et hollandaises. Il s'installa en 1677 à Augsbourg, où il subit l'influence de Schönfeld, de J. Werner et de I. Fisches. Le musée d'Augsbourg conserve plusieurs de ses peintures, tableaux religieux (l'Annonciation, 1676), mais surtout allégories et tableaux d'histoire, qui constituent l'essentiel de sa production, de qualité inégale (l'Enlèvement d'Hélène, dont certains motifs sont directement empruntés à Schönfeld ; l'Été). Allucius devant l'épouse de Scipion (1679, Brunswick) rappelle que Heiss fut surnommé " le Sébastien Bourdon d'Allemagne ", alors que les Israélites quittant l'Égypte (1677, Dresde) et le Triomphe de Flore (1673, Nuremberg) évoquent les ordonnances de Poussin. Heiss fut le maître, entre autres, de Gottfried Eichler l'Ancien.