En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stanley William Hayter

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Graveur et peintre britannique (Londres 1901  – Paris 1988).

Diplômé de chimie organique et de géologie en 1921, après un séjour au Moyen-Orient, il revient à Londres en 1925 puis s'installe l'année suivante à Paris : il réalise alors ses premières pointes-sèches, aquatintes et bois gravés. En 1927, il fonde, rue du Moulin-Vert, un atelier, qui devient célèbre sous le nom d'" Atelier 17 ", quand il s'installe en 1933 au 17 de la rue Campagne-Première. C'est à cette époque qu'il se lie avec Calder, Masson, Eluard, Tanguy et participe, irrégulièrement, aux activités du groupe surréaliste (1933-1940). En 1940, il émigre aux États-Unis, où il rouvre l'Atelier 17 à New York. Après son retour à Paris, où il expose à la gal. Jeanne Bucher (1946), il séjourne de nouveau aux États-Unis avant de revenir définitivement à Paris en 1950, date à laquelle l'Atelier 17 s'établit rue de Vaugirard, puis dans les locaux de l'Académie Ranson, avant de s'installer rue Daguerre.

De Hayter, on connaît davantage son rôle de guide auprès des artistes qui, de Max Ernst à Miró, de Picasso à Giacometti, de Kandinsky à Calder, Pollock ou Vieira da Silva, sont venus travailler dans son atelier. " Dans une vie, dit-il, on peut arriver à graver 1 000 planches. Je n'en ai fait pour ma part que 300, mais j'ai aidé à en faire 5 000. " Hayter a inventé de nouveaux procédés, tels qu'empreintes, traitement du métal aux acides et, surtout, burin multipointe. Son œuvre de graveur (Paysages urbains, 1930 ; Apocalypse, 1932) est fondé sur sa technique du trait, " tiré " ou " poussé ", après qu'il se fut exercé au dessin automatique Ses toiles suivent à peu près la même évolution : après les constructions linéaires de Meurtre (1933), il élabore de vastes compositions " abstraites " dans lesquelles le trait prend une importance accrue (Shook, 1948 ; Labyrinth, 1953, Zurich, coll. Jacometti) et s'organise peu à peu en obliques, aux traits plus larges et de couleurs vives (Sargasso Sea, 1957, New York, coll. Howard Wise ; Autumn, 1959/60, id. ; Clapotis, 1963, Paris, M. N. A. M.).