En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Hamilton

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Chelsea 1751  – Londres 1801).

Il se forma d'abord chez les architectes Robert et James Adam et se rendit avec la recommandation de Robert Adam en Italie, où il fréquenta l'atelier d'Antonio Zucchi en premier à Rome et plus tard à Londres de 1766 à 1768. Après 1769, il entra à l'école de la Royal Academy ; il devint A. R. A. en 1784 et R. A. en 1789. Entre 1780 et 1790, il exposa à la Royal Academy surtout des portraits (Mrs Siddons in " The Grecian Daughter ", 1780, Stratford-upon-Avon, Town Hall). Outre ses portraits, on lui doit des travaux décoratifs et des tableaux bibliques (Moïse, 1799, Londres, Royal Academy), historiques (Jeanne d'Arc, États-Unis, Vassar College Art Gal.), mythologiques ou littéraires (Vertumne et Pomone, Londres, Royal Academy, Diploma Gal.), mais ses travaux les plus importants demeurent sa contribution à la Shakespeare Gallery de Boydell (1788-1790) et ses illustrations, notamment pour la Bible de Macklin (1791-1800), les British Poets (1788-1799), l'History of England de Bowyer (1806) et Seasons de Thomson (1797). L'art de Hamilton, particulièrement ses aquarelles d'illustration, est décoratif, élégant et quelque peu sentimental. L'artiste divulgua, en l'affaiblissant, le style néo-classique et montre des affinités avec Wheatley, Romney, Westall, Kauffmann et Stothard, bien que le caractère plus subtil, maniériste, de nombre de ses figures paraisse emprunté à Füssli.