En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Théophile Hamel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre canadien (Sainte-Foy, Québec, 1817  – Québec 1870).

De 1837 à 1843, date de son départ pour l'Europe, il est l'élève, puis le disciple du célèbre portraitiste québécois Antoine Plamondon (1804-1895). Son Autoportrait (v. 1837, Séminaire de Québec) se rattache à la pure tradition canadienne par sa candeur et sa grande simplicité. Il subit par la suite une influence romantique et se dit un moment " rubéniste ". Il part étudier en Italie, notamment à Rome, à Bologne, à Florence et à Venise (1844), une souscription publique lancée au Québec lui permettant de rester un an de plus en France et en Belgique. Peu après son retour d'Europe, en 1846, il semble avoir trouvé un équilibre grâce auquel il sut mieux que son maître adapter son style au caractère de ses modèles.

Portraitiste reconnu, il eut un considérable succès. Ce travailleur acharné a sans doute peint plus de 2 000 portraits de tous genres, y compris des portraits d'enfants, représentés individuellement ou en groupes : Autoportrait, Madame Hamel (v. 1857, Ottawa, N. G.).