En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Carlos de Haes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol d'origine belge (Bruxelles 1826, 1827 ou 1829  – Madrid 1898).

Fils d'un banquier belge d'origine hollandaise qui, ayant fait banqueroute à Bruxelles, s'établit comme commerçant à Málaga, le jeune Carlos y reçut les leçons d'un peintre et miniaturiste canariote, Luis de la Cruz y Rios. Il termina ses études en Belgique avec Quiniaux.

Revenu en Espagne et naturalisé, il devint en 1857 professeur de paysage à l'école des Beaux-Arts de Madrid et en 1860 membre de l'Académie de San Fernando. Paysagiste à la mode des années 80, dans le Madrid de la restauration monarchique, il eut une production considérable qui peut être évaluée à quatre mille toiles ou études.

Sa peinture marque une réaction contre le paysage romantique et pittoresque, dont Perez Villaamil avait été pendant de longues années l'incarnation. Plus lourde et sombre, elle introduit en Espagne l'atmosphère des peintres de Barbizon et des paysagistes hollandais — avec une précision un peu sèche, presque de géologue ou de naturaliste, dans l'étude des rochers, des arbres, des plantes. Haes a senti l'Espagne verte et brumeuse des monts Cantabriques, des sommets découpés émergeant des nuages, des pâturages et des forêts (Pics d'Europe, 1876, Madrid, Casón). Introducteur du réalisme dans le paysage, rénovateur du genre dans l'esprit de la génération de 98, il eut pour élèves les créateurs du paysage " moderne ", Aureliano de Beruete, Dario de Regoyos et Agustín Riancho.