En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Haacke

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste allemand (Cologne 1936).

Après des études à l'école des Beaux-Arts de Kassel en 1956, il entame une carrière de peintre et de graveur et fréquente l'Atelier 17, créé par S. W. Hayter à Paris. En 1960 –1965, il se lie d'amitié avec Y. Klein et participe au groupe Zéro à Düsseldorf, où il enseignera en 1964 –65. Ses recherches sur la lumière, qui le rattachent au Lumino-Cinétisme, l'amènent à s'inspirer des systèmes biologiques. En 1963, il s'installe à New York et construit son premier cube de condensation qui réagit à l'environnement. Il poursuit ses recherches en incluant les plantes (Grass Cube, 1967 ; Wind in the Water, 1968 ; Grass Grow, 1970). Depuis 1970, orienté vers l'art conceptuel, il fait des rapports de l'argent, de la politique et de l'art le sujet de son œuvre en dénonçant certaines connexions : il met en accusation des firmes industrielles, qu'il critique tout en donnant une apparence anonyme à ses œuvres : Guggenheim, Mobil Oil, Fondation Cartier. Il crée des installations en utilisant une très grande variété de matériaux : peinture, béton, photographie, bougies, etc. Ses œuvres sont toujours accompagnées de commentaires sur les mécanismes souterrains des connivences de l'art et de la politique (Metro Mobiltan, 1985, Paris, M. N. A. M. ; le Must de Rembrandt, 1986). Une rétrospective lui a été consacrée (Barcelone, Fondation Tàpies) en 1995.