En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jan Griffier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Amsterdam 1652 ou 1656  – Londres 1718).

Ce peintre de paysages fit son apprentissage à Amsterdam chez le peintre Roelant Roghman et s'installa v. 1667 à Londres, où il eut pour maître Jan Looten. Il vécut désormais en Angleterre, sauf entre 1695 et 1705, années au cours desquelles il travailla à Rotterdam et fit le tour de la Hollande en bateau. Les perspectives de Griffier sur des fleuves bordés de collines sont toujours animées d'un grand nombre de figures, embarcations et constructions (Vue du Rhin, Bonn, Rheinisches Landesmuseum ; Louvre, en dépôt à Compiègne ; deux Paysages, musée de Bordeaux ; le Passage de la douane, musée de Strasbourg). Ces vues perspectives s'inspirent manifestement des paysages fluviaux de Herman Saftleven, d'Utrecht. La richesse de la composition et la ligne d'horizon élevée de ces tableaux leur confèrent également un caractère archaïsant qui évoque les paysages flamands du début du xviie s., notamment ceux de Jan Bruegel. L'œuvre de Griffier eut beaucoup de succès en Angleterre, où l'artiste jouissait de la protection du duc de Beaufort. Un tableau de lui au musée de Bucarest résume bien toutes ses qualités : une Vue de Londres à partir de Greenwich, v. 1710-1715.

Ses fils Robert (Londres 1688 – id. [ ? ] 1750) et Jan II (Londres, apr. 1668 – id. 1750 [ ? ]) furent également peintres ; le second continua la manière de son père et exécuta des pastiches de Claude Lorrain.