En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Grebber

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres néerlandais.

Frans Pietersz (Haarlem 1573  – id.  1649). Élève de Jacob Savery, il fut doyen de la gilde des peintres de Haarlem en 1627 ; il copia Bruegel de Velours et fut le maître de Peter Lely en 1637.

Pieter Fransz (Haarlem v. 1600 – id. 1652/53). Fils de Frans Pietersz, il fut son élève et se forma dans l'atelier de Goltzius. En 1632, il est franc maître à la gilde de Saint-Luc de Haarlem, sa clientèle est essentiellement catholique. Ses scènes de genre : les [OE]uvres de charité (1628, Haarlem, musée Frans Hals), Moïse frappant le rocher (musée de Tourcoing), la scène dite la Leçon de tatouage (Louvre) relèvent du goût caravagesque tout en étant caractérisées par une clarté générale, de belles harmonies de gris clairs et un modelé souple et rond qui lui viennent sans doute des tableaux tardifs de Cornelis Van Haarlem ; mais il a aussi inconstestablement subi l'influence de Rubens et celle de Jordaens. Pieter Fransz se montre excellent décorateur et peintre d'histoire, actif et ambitieux dans sa participation aux peintures de la Huis ten Bosch de La Haye. Son art présente des affinités avec celui de Paulus Bor (son Adoration des mages du musée d'Amersfoort est comparable à celle de Grebber du musée de Caen, de 1638) et avec celui de Salomon Bray, par sa conception d'un luminisme clair et par la saveur de ses formes rondes au relief puissant ; il prolonge un maniérisme lisse dans le cadre d'une rhétorique académisante, en marge des rembranesques auxquels il est pourtant lié.