En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Toni Grand

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste français (Gallargues-le-Montueux, Gard, 1935–Arles 2005).

Après des études littéraires et artistiques à l'école des beaux-arts de Montpellier, Toni Grand partage son temps entre le sud de la France et Paris où, dans l'atelier de Marta Pan, notamment, il complète sa formation de sculpteur entre 1962 et 1967. Ses premières œuvres sont travaillées avec du plomb, du polyester, de l'acier, de la fonte d'aluminium. À partir du début des années 70, il développe une sculpture selon les caractéristiques du travail du bois : débiter, fendre, équarrir sont autant d'opérations simples qui lui permettent d'inscrire dans l'espace une diversité de formes conjuguant les aléas d'un matériau trouvé — planches ou branches d'arbre — avec l'intentionnalité d'une création plastique. Appuyées contre le mur ou posées au sol, les pièces de Toni Grand, anciennes et récentes, imposent au regard la force d'un dessin qui contribue à appréhender son œuvre à l'écart des conventions d'une sculpture traditionnelle. Le recours à la frontalité et le fait que le socle soit toujours éliminé de l'œuvre conférent à celle-ci une légèreté, une présence discrète, hors de toute ambition d'un travail monumental. C'est avec la conscience d'un menuisier que l'artiste transforme des matériaux naturels. On remarquerait, à tort, une dimension écologique dans ce travail, mais il faudra cependant souligner l'intérêt de l'artiste pour les valeurs symboliques et culturelles qui marquent l'usage d'un matériau aussi ancien que le bois, et le respect qu'il porte à la tradition de sa taille et de son traitement. Depuis 1980, Toni Grand développe d'autres méthodes : la création de colonnes en métal (Double Colonne gigogne faite de 106 rondelles d'acier empilées, 1981), l'inclusion d'ossements d'animaux. L'exposition que lui consacre le M. N. A. M. de Paris, en 1986, est l'occasion d'une rétrospective où l'on constate le travail de la résine aux côtés du bois, à travers des pièces en fibre de verre. Une nouvelle exposition a eu lieu à Nantes en 1991 (musée des Beaux-Arts).