En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adolph Gottlieb

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (New York 1903  – id. 1974).

Après des études à l'Art Students League de New York sous la direction de John Sloan et de Robert Henri, il se rend à Paris, où il fréquente l'académie de la Grande-Chaumière. De retour aux États-Unis, Gottlieb, comme beaucoup de peintres américains, participe au Federal Art Project, organisation gouvernementale qui, de 1933 à 1943, donne aux artistes un emploi régulier en leur faisant exécuter des peintures murales dans des édifices publics. Ayant quitté cette fonction en 1937 et après une retraite d'un an, il réalise la série des " pictographes ", sorte d'écriture hiéroglyphique proche de Torrés-Garcia, où les tableaux sont constitués de motifs symboliques, dérivés de formes naturelles et humaines et enfermés dans des compartiments. Pour lui, comme pour la plupart des expressionnistes abstraits de sa génération, il s'agit de traduire de manière universelle et en reprenant l'héritage surréaliste des états d'inconscient collectif, des mythes éternels et durables, et de privilégier le contenu sur la forme (le Retour du voyageur, 1946, New York, M. O. M. A.). Peu à peu, tout en laissant la prédominance à la couleur, intense ou subtile, Gottlieb abandonne en 1951 les " pictographes " pour élaborer un langage simplifié, réduit à l'essentiel. Ces " paysages imaginaires " sont d'amples compositions rythmées par l'horizon, qui délimite deux zones antinomiques, symbolisant, l'une, le repos de l'univers céleste et l'autre, le chaos des forces terrestres (Sons gelés numéro I, 1951, New York, Whitney Museum). À partir de 1957, il agrandit le format, il réduit encore plus le nombre d'éléments de ses paysages et la couleur devient plus intense (Thrust, 1959, New York, Metropolitan Museum of Art).

Gottlieb est représenté dans un très grand nombre de musées américains. En 1968, une grande exposition rétrospective de son œuvre a eu lieu conjointement au Whitney Museum et au Guggenheim Museum de New York.