En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Gorin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Saint-Émilien-de-Blain, Loire-Atlantique, 1899  – Niort 1981).

Après ses études à l'école des beaux-arts de Nantes, ses lectures et les échanges de correspondance qu'elles ont suscités lui ont permis, alors qu'il réside et travaille dans un bourg breton isolé, d'évoluer vers l'Abstraction : en 1923, il lit Du Cubisme de Gleizes et de Metzinger ; en 1925, la revue l'Esprit nouveau ; en 1926, la revue Vouloir, de Lille, qui lui fait découvrir la peinture de Mondrian et le Constructivisme russe, qu'il est un des rares peintres français à avoir bien connu. Son œuvre évolue si vite qu'il expose en 1928 ses premières œuvres néo-plastiques à Lille avec le groupe S. T. U. C. A. puis en 1930 avec le groupe Cercle et carré à Paris. À cette date, il réalise son premier relief, ses premières constructions " en plans montés ", qui sont la recherche du passage de la peinture à l'architecture, et transforme son atelier en un décor néo-plastique total (Construction plastique architecturale n° 29, 1934, musée de Grenoble). Dès lors, son œuvre empruntera trois formes d'expression : le relief, la construction spatiale (deux d'entre elles, monumentales, sont réalisées en Bourgogne, à Genlis, et sur le campus universitaire de Dijon) et la recherche architecturale, qui feront de lui un " peintre architecte ". Il a participé à plusieurs des manifestations qui ont diffusé les idées relevant de l'esthétique constructiviste : Abstraction-Création (Paris, 1931) ; Konstruktivisten (Bâle, 1937) ; Abstracte Kunst (Amsterdam, 1938) ; Réalités nouvelles (Paris, 1939). En 1951, il est l'un des initiateurs du groupe Espace. En 1965, le musée de Nantes lui a consacré une rétrospective, suivie, en 1967, par le Stedelijk Museum puis, en 1969, par le C. N . A .C. Ses œuvres sont conservées dans les musées de Nantes, au M. N. A. M. de Paris, au musée de Grenoble et dans de nombreux musées européens et américains. Par donation en 1989, 46 huiles sur toile, carton ou bois et quelque 250 dessins sont entrés dans les collections du musée de Grenoble.