En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Gober

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américain (Wallingford 1954).

Le travail de Robert Gober, visible depuis le milieu des années 80 sur la scène internationale, semble de prime abord se concentrer sur le recyclage d'objets aussi triviaux que des éviers, des berceaux, des niches ou des portes en bois. Proche de l'Art minimal et du pop art, il est souvent comparé à Richard Artschager. Ainsi, les éviers de Gober (Sans titre/lavabo, 1984-1988), réalisés en bois et en plâtre, non fonctionnels et vieillots, dégagent une nostalgie sinistre. Il en va de même des berceaux d'enfant imaginés par l'artiste soit comme de purs fac-similés, soit victimes de distorsions accentuant leur structure cellulaire (Lit d'enfant penché, 1987). Si les œuvres de Robert Gober font consciemment référence au ready-made, à l'Art conceptuel et au Minimalisme, elles manifestent néanmoins une rupture avec cette tradition moderniste dans la mesure où Gober réintroduit une dimension métaphorique auparavant proscrite, le distinguant également d'artistes tels que Jeff Koons ou Haim Steinbach. Dans une atmosphère de crise morale (peur du sida) et d'insécurité, le travail de Gober ruine la stabilité sécurisante du domaine domestique et intime (installation à la galerie Paula– Cooper, New York, 1989). La G. N. du Jeu de Paume à Paris lui a consacré une rétrospective en 1991. Plus récemment, une exposition a été consacrée à l'artiste (Bâle et Los Angeles) en 1996-97.