En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Glasgow Boys

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Le seul mouvement pictural écossais de la fin du xixe s. fut celui des Glasgow Boys, ou école de Glasgow, en réaction contre les peintres de genre ou d'histoire du milieu du siècle, sir William Fettes Douglas, James Archer, Thomas Faed et Robert Herdman. Le groupe des Glasgow Boys, fondé dans le Glasgow industriel du début des années 1880, rassembla notamment Robert Macgregor, sir John Lavery, George Henry, sir James Guthrie, Edward Atkinson Hornel, Edward Arthur Walton, Joseph Crawhall. Ils admiraient particulièrement Whistler et Bastien-Lepage, rejetaient la primauté du sujet et la minutie réaliste, et s'orientaient vers un style de peinture plus libre caractérisé par le respect et le contrôle de l'exécution ainsi que l'amour de la couleur. Les qualités décoratives du xixe s. français tardif étaient une référence importante et, en particulier, l'œuvre d'artistes comme Monticelli. Il n'y avait pas de programme commun, et chaque peintre possédait sa manière propre, mais le groupe fit une exposition remarquée à Londres en 1890, que suivirent d'autres manifestations sur le continent. Les Glasgow Boys furent finalement absorbés par la Scottish Academy. Cependant, Glasgow devenait, grâce à Charles Rennie Mackintosh et à ses associées Margaret et Frances Macdonald, l'un des foyers les plus originaux de l'Art nouveau dans le domaine de l'architecture et de l'art décoratif.