En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Girolamo di Giovanni

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Camerino, Marches, documenté de 1449 à 1473).

C'est un des peintres qui illustrent le mieux, et au plus haut niveau de qualité, l'assimilation en Italie centrale des nouveautés de la Renaissance, depuis celle de Masaccio jusqu'à celles de Piero della Francesca. Sa première œuvre connue, la fresque de la Madone à l'Enfant avec les saints Antoine de Padoue et Antoine abbé (Camerino, pin.), de 1449, montre que, non seulement, il connaît déjà l'art de Domenico Veneziano, mais qu'il s'est également familiarisé avec celui de Piero della Francesca.

Inscrit à Padoue en 1450, où il semble bien être l'auteur de la fresque avec Saint Christophe devant le roi (Padoue, Eremitani, détruit), il contribue à la diffusion des nouvelles tendances en Italie septentrionale. Plusieurs œuvres datées démontrent amplement l'intérêt que portait Girolamo di Giovanni aux recherches perspectives (Madone à l'Enfant avec quatre saints, 1462, Camerino, S. Francesco ; Madone de la miséricorde avec saint Martin et saint Venanzio, 1463, Camerino, pin. ; Polyptyque de San Pellegrino, 1465, Gualdo Tadino), qui permettent de placer à cette période deux chefs-d'œuvre : le retable avec l'Annonciation et la Pietà (Camerino, pin.) et le grand polyptyque, provenant de Gualdo Tadino (Madone, 8 Saints, Crucifixion), de la Brera.

Un polyptyque de 1473 (Monte San Martino, église S. Maria del Pozzo) fait apparaître au contraire d'évidents signes de crise et une régression stylistique dans un retour assez maladroit à l'art (encore lié à Domenico Veneziano) de Giovanni Boccati. On a exagéré l'importance de l'influence présumée de Mantegna sur Girolamo di Giovanni, visible cependant dans la perspective du grand Saint Jean-Baptiste avec un donateur d'Avignon (Petit Palais). Il est probable, en revanche, que les œuvres de Girolamo di Giovanni jouèrent un rôle déterminant sur l'orientation artistique de Nicola di Maestro Antonio et de Crivelli (à l'époque du polyptyque de Montefiore dell'Aso, 1470-1473).