En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Girolamo da Carpi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Ferrare 1501  – id. v. 1556).

Il se forma à Ferrare ; sa présence dans l'atelier de Garofalo, dont il fut l'élève le plus remarquable, est attestée en 1520, mais il fut certainement frappé par les expériences plus stimulantes de Ferrarais Dosso Dossi, en particulier dans le paysage.

Il se rendit à Bologne v. 1525. Il fut particulièrement sensible aux maniéristes toscans qui y travaillaient, notamment le peintre et architecte Baldassare Peruzzi ; d'autres sollicitations lui vinrent aussi de Giulio Romano, de Parmesan et de Corrège, mais, quoique réceptif à l'aspect intellectualiste du Maniérisme, il se montra plus mesuré et plus attiré par la réalité vivante des sujets représentés.

Si ses tableaux religieux (Apparition de la Vierge à Giulia Muzzarella, Washington, N. G. ; Adoration des mages, Modène, Pin. Estense, et Londres, N. G. ; Mariage mystique de sainte Catherine, Bologne, S. Salvatore) sont d'un éclectisme élégant et raffiné, les portraits qu'il exécuta pendant cette période (Florence, Pitti et Hampton Court) révèlent une veine naturaliste tout à fait exceptionnelle. De retour à Ferrare, où son nom est mentionné dans les comptes des ducs à partir de 1537, il s'intégra au milieu humaniste de la Cour, et ses rapports avec des érudits comme G.-B. Giraldi Cinzio (dont il mit en scène 2 tragédies) furent déterminants pour la définition de sa personnalité. Après des recherches d'effets monumentaux (la Pentecôte, v. 1537, Rovigo, S. Francesco), un souci croissant d'équilibre classique — renforcé vers la fin de sa carrière par un séjour à Rome (1549-1554) à la suite du cardinal Ippolito d'Este — l'amena à organiser ses compositions avec plus de clarté, à traiter les personnages avec une netteté plastique se rapprochant de la sculpture, tout en restant fidèle au fini précieux des détails typiquement maniéristes (Fresques allégoriques, Ferrare, palais des Ducs ; tableaux mythologiques pour Ercole II d'Este, Dresde, Gg).