En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giovannino ou Giovanni de' Grassi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Milan ? – mort av.  1398).

L'absence presque absolue de documents et l'extrême rareté des œuvres certaines n'empêchent pas de reconnaître en Giovannino le plus grand maître de la miniature lombarde des dernières années du trecento : un maître de stature européenne par la qualité et l'étendue de sa culture. Les débuts de Giovannino sont probablement identifiables dans quelques feuilles de l'Offiziolo (Paris, B. N., ms. 757) et en particulier dans celles de la Genèse. Par rapport aux mains, prédominantes ici, du Maître du Lancelot ou — en second plan — de Giovanni di Benedetto da Como, l'art de Giovannino de' Grassi se distingue par l'accent très nerveux et décoratif de son graphisme aigu et, d'un autre côté, sans qu'il y ait contradiction, par un sentiment à la fois plus minutieux et plus illusionniste de la réalité naturelle et morale. Ces caractères s'affirment dans le Taccuino di disegni de la Bibl. Civica de Bergame, où le trait le plus subtil enferme des couleurs ténues, d'une grande délicatesse et qui, à la façon de l'" ouvraige de Lombardie ", semblent avoir été pulvérisées. L'appartenance à Giovannino de l'Alphabet illustré contenu dans le Taccuino est toujours discutée. Au contraire, il est maintenant admis que la Chasse au sanglier, figurant dans le Taccuino, dériverait d'une page des Très Riches Heures du duc de Berry (Chantilly, musée Condé). On peut considérer que se rattache au Taccuino l'Historia plantarum de la Bibl. Casanatense, à Rome, que la haute qualité de certaines de ses miniatures permet d'attribuer à la main même de Giovannino. En collaboration avec son atelier, et avec son fils Salomone, Giovannino entreprit la décoration de l'Offiziolo de Gian Galeazzo Visconti, interrompue en 1402 à la mort du prince et terminée une trentaine d'années plus tard par Belbello da Pavia. Cet Offiziolo ayant été ensuite divisé en 2 parties, la plus ancienne, celle de Giovannino, correspond au morceau de la coll. Visconti di Modrone à Milan.

Selon les documents, l'artiste eut une grande activité au Dôme où il apparaît à partir de 1389, tant comme architecte que comme fournisseur de projets de sculptures : mais il ne subsiste que le bas-relief du Christ et la Samaritaine, traité dans le style bourguignon et qui se trouve au-dessus de la porte de la sacristie sud.

Giovannino est sans doute des miniaturistes italiens celui qui eut le plus d'affinités avec l'art " courtois " européen de la fin du xive s. Ses liens avec les miniaturistes français ou flamands sont indéniables, mais il en a d'encore plus forts peut-être avec les enlumineurs bohémiens des grands Codex et les dessinateurs de l'époque de Venceslas IV. En ce qui concerne l'Italie, outre les descendants directs que Giovannino trouve en De Veris et en Michelino da Besozzo, son influence sur l'école véronaise de Stefano da Zevio et de Pisanello est évidente.