En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giovanni di Paolo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sienne v. 1399  – id. 1482).

Il se forma probablement dans l'entourage de Taddeo di Bartolo et de Gregorio di Cecco. On sait qu'il livra ses premières commandes, auj. perdues, en 1420 et 1423. Le Polyptyque Pecci (1426), dont subsistent le panneau central (la Vierge et des anges, Castelnuovo Berardenga, Prepositura), 2 volets (Saint Dominique et Saint Jean-Baptiste, Sienne, P. N.) et les panneaux de la prédelle (Résurrection de Lazare ; Portement de croix ; Descente de croix ; Déposition, Baltimore, W. A. G. ; la Crucifixion, musée d'Altenburg), est l'œuvre la plus ancienne qui nous soit parvenue de lui. Le style nerveux et incisif du Christ souffrant et triomphant (Sienne, P. N.) exprime avec une rare intensité le sentiment pathétique exalté de l'artiste. Âme encore médiévale, celui-ci se refusera à adhérer aux principes expressifs de la Renaissance, poursuivant un idéal de haute spiritualité douloureuse, d'irréalité effrénée pénétrée d'un souffle religieux archaïque. Si l'influence de Gentile da Fabriano se reflète dans certains détails décoratifs, elle n'attaque pas cette cohérence dans le panneau subsistant du Polyptyque Branchini (la Vierge à l'Enfant, 1427, Pasadena, N. Simon Foundation) ; et les nouveautés apportées entre-temps à Sienne, en particulier par Sassetta, n'ont sur les œuvres ultérieures de Giovanni que des conséquences purement formelles. Ces observations s'appliquent encore aux panneaux conservés de la prédelle du Polyptyque Fondi, de 1436 (Crucifixion ; Présentation au Temple ; Fuite en Égypte, Sienne, P. N. ; Adoration des mages, Otterlo, Kröller-Müller) : les suggestions de Sassetta se transforment en visions d'un irréalisme tout gothique correspondant à la reprise des conceptions paysagistes d'Ambrogio Lorenzetti, comme le montre bien l'étonnante Fuite en Égypte (Sienne, P. N.). Les panneaux dispersés du Polyptyque des Pizzicaiuoli (1447-1449), la Présentation au Temple (Sienne, P. N.) et les Scènes de la vie de sainte Catherine de Sienne (Madrid, fondation, Thyssen – Bornemisza ; Metropolitan Museum ; Minneapolis, Inst. of Arts ; Detroit, Inst. of Arts) confirment la volonté tenace de l'artiste de traduire en langage ancien les idées modernes d'un Vecchietta ou d'un Pietro di Giovanni d'Ambrogio, par exemple.

Le maître atteint une expression dramatique incomparable dans les différentes versions de la Crucifixion (1440, Sienne, P. N. ; 1440, San Pietro Ovile ; Dublin, N. G.) ou dans les prodigieuses et fameuses Scènes de la vie de saint Jean-Baptiste (Chicago, Art Inst. ; Metropolitan Museum ; musée de Münster ; Pasadena, Norton Simon Foundation ; Avignon, Petit Palais), où la ferveur de sa vision ascétique s'exalte au point de retrouver le " stylisme " gothique de Lorenzo Monaco dans ce qu'il a de plus visionnaire.

Le catalogue de l'artiste comporte des enluminures (Divine Comédie, Louvres, British Museum ; Antiphonaire Sienne, Biblioteca degli Intronati) et encore un très grand nombre de panneaux (beaucoup provenant de polyptyques démembrés). Parmi les plus remarquables, on peut citer, dans l'ordre chronologique, le Jardin des Oliviers et la Déposition (Vatican), qui datent sans doute d'avant 1440, la Madone d'humilité (2 exemplaires : Sienne, P. N., et Boston, M. F. A.), le Paradis et l'Expulsion du paradis (Metropolitan Museum), le Polyptyque de 1445 des Offices, la prédelle de l'Enfance du Christ (l'Annonciation, Washington, N. G. ; la Nativité, Vatican ; le Calvaire, Berlin ; l'Adoration des mages, musée de Cleveland ; la Présentation au Temple, Metropolitan Museum), dont plusieurs éléments sont inspirés de Gentile da Fabriano ; le Retable de saint Nicolas (1453, Sienne, P. N.), le Retable du dôme de Pienza (1463) ; la prédelle du Jugement dernier (Sienne, P. N.) ; le Retable de San Galgano (id.) ; Saint Jérôme (Sienne, Opera del Duomo). Les toutes dernières œuvres, tel le Polyptyque de San Silvestro (1475) à Staggia (Sienne, P. N.), révèlent un affaiblissement incontestable.