En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giovanni di Marco, dit Giovanni del Ponte

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Florence 1385  – id. 1437).

Giovanni di Marco fut surnommé " del Ponte " parce qu'il avait un atelier près de S. Stefano a Ponte, à Florence. Formé dans l'atmosphère de la tradition orcagnesque et peut-être élève de Spinello Aretino, il assimila de façon superficielle les nouveautés du début du siècle et réalisa ses œuvres les plus aiguës sous l'influence du courant gothique international de Lorenzo Monaco, du Maître du Bambino Vispo (Starnina) et de Ghiberti, puis d'Arcangelo di Cola da Camerino. Son œuvre, assez abondant, comprend des retables, des fresques et des " cassoni ". Parmi les retables, on peut citer, dans l'ordre chronologique : le triptyque du Couronnement de la Vierge (Chantilly, musée Condé), la Madone avec saint Georges et saint Michel (musée de Columbia), le Mariage mystique de sainte Catherine (1421, musée de Budapest), le Polyptyque de saint Jean l'Évangéliste (Londres, N.G.), trois triptyques ayant l'Annonciation pour centre (1434, Rosano, église S. Maria ; Poppiena, Badia ; 1435, Vatican). Giovanni peignit des " cassoni " à sujets profanes (les Arts libéraux, Prado ; Dante et Pétrarque, Cambridge, Mass., Fogg Art Museum ; le Jardin d'Amour, Paris, musée Jacquemart-André). L'église S. Trinita de Florence conserve plusieurs de ses fresques. Les plus significatives par la nervosité de leur graphisme sont celles de la chapelle Scali (1434-35, Martyre de saint Barthélemy).