En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giovanni del Biondo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Florence, documenté à partir de 1356  – id.  1398/99).

Il fut peut-être l'élève de Taddeo Gaddi et certainement celui de Nardo di Cione, collaborant avec ce dernier pour les fresques de la chapelle Strozzi à S. Maria Novella à Florence (v. 1356). Il eut par la suite une activité considérable, aidé à son tour par des élèves pour l'exécution des nombreux retables dont il reçut commande. Tout en restant dans les limites de l'académisme orcagnesque, son style, souvent rustique, ne manque pas de fraîcheur ni d'aisance décorative, surtout durant la première période de son activité. En témoignent, par exemple, les fresques de la Vie de saint François, de saint Pierre et saint Paul à l'église S. Francesco de Castelfiorentino (v. 1360), le Retable de saint Jean-Baptiste (Florence, Pitti, donation Contini-Bonacossi), le retable de la chapelle Tosinghi à Santa Croce (1372), celui de la chapelle Rinuccini (1379) dans la même église ou le Martyre de saint Sébastien de l'Opera del Duomo. Parfois, l'artiste fait preuve d'une vraie personnalité par la gaieté de ses polychromies, la souplesse de ses rythmes (Saint Jérôme, musée d'Altenburg) et la vivacité ingénue de son goût narratif (Prédelle de saint Benoît, partagée entre la coll. Acton de Florence, le musée de Toronto et la coll. Colonna de Rome).