En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Matteo Giovannetti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (documenté de 1322 à 1368).

Principal peintre de l'" école d'Avignon " du xive s., il est né à Viterbe, dans le Latium, d'où sa famille était originaire, et un document de 1336 rappelle encore sa présence dans cette ville, où il était alors prieur de l'église S. Martino.

Il est mentionné pour la première fois en Avignon en 1343, où il fait partie de l'équipe de peintres italiens et français engagés pour la décoration de fresques de la tour de la Garde-Robe au Palais des Papes. Les sujets sont des scènes de chasse et de pêche traitées dans l'esprit du naturalisme gothique français, tels que les descriptions des tapisseries d'Arras permettent de les définir. Toutefois, l'interprétation de ces sujets présente un sentiment de l'espace propre à la culture italienne, qui s'était déjà implantée en Provence grâce à des artistes toscans et siennois comme le Maître du Codex de saint Georges, le Maître des Panneaux d'Aix et surtout Simone Martini, en qui l'on peut voir les précédents spirituels directs de notre peintre. Mais, dans la fraîcheur naturelle de ces célèbres fresques, il est bien difficile de déterminer la part revenant à Matteo Giovannetti, qui cependant y travailla. Sa forte personnalité artistique apparaît beaucoup plus clairement dans les fresques de la chapelle Saint-Martial (1344-45), au Palais des Papes, qu'il exécuta seul ou avec une intervention négligeable d'assistants. La conservation de ces peintures compense un peu la perte de celles de la chapelle pontificale de Saint-Michel, également au Palais des Papes, exécutées à la même époque, ainsi que d'autres fresques qui avaient été réalisées à Villeneuve-lès-Avignon pour Clément VI et pour Napoleone Orsini. Pour illustrer les faits de la Vie de saint Martial, évangélisateur de l'Aquitaine, le peintre a composé un ensemble copieux de scènes grouillantes de vie, caractérisées par des portraits incisifs et dont la fantaisie descriptive invite le spectateur à suivre le déroulement du récit. C'est encore à la demande de Clément VI que Giovannetti exécuta la décoration de la Salle du consistoire (Palais des Papes), détruite très tôt par un incendie, et celle de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, que l'on peut voir encore aujourd'hui.

La mesure de ces conceptions spatiales, découlant de préceptes toscans et d'idées d'Ambrogio Lorenzetti, donne à cet ensemble limpidité et harmonie ; mais celui-ci tire son plus grand charme de la gamme pure de ses teintes, imprégnée d'une luminosité qui annonce le monde ingénu et merveilleux de la peinture courtoise. C'est dans le même esprit, et avec plus d'enthousiasme encore, que Giovannetti dut concevoir le cycle mural de la salle de la Grande Audience, dominé par la vaste fresque du Jugement dernier. Mais il ne subsiste de cet important ensemble qu'un compartiment de voûte où figurent Vingt Prophètes et la Sibylle d'Érythrée (1352-53). Le monde merveilleux de Giovannetti s'épanouit dans le groupe céleste de ces vieillards enveloppés, comme une constellation humaine, par le ciel étoilé qui les accueille ; et leur discussion passionnée, provoquée par les inscriptions des immenses phylactères, prend désormais les accents d'un gothique français. Personnalité dominante du groupe nombreux d'artistes employés par la cour pontificale, Giovannetti exécute ensuite pour Innocent VI des décorations, auj. disparues, et les fresques d'une chapelle dédiée à saint Jean-Baptiste à la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (v. 1355-56), où son évolution dans le sens gothique et descriptif atteint une expression d'une liberté surprenante. Après un long intervalle, le peintre est au service d'Urbain V (1365), mais il ne reste rien des travaux exécutés alors pour le Palais des Papes ou pour Montpellier (Scènes de la vie de saint Benoît, traitées sur 50 morceaux de tissu de lin, 1367). Cette même année, Matteo Giovannetti accompagne Urbain V et sa cour à Rome.

En janvier 1368, il reçoit le paiement des travaux exécutés au Vatican : c'est le dernier document le concernant qui nous soit parvenu. Les peintures sur bois de cet artiste sont très rares : la critique lui attribue un triptyque avec la Vierge entre Saint Hermagoras et Saint Fortuné (coll. part.) Venise, musée Correr et l'Annonciation (Louvre) une Vierge à l'Enfant (New York, coll. part.) et un Christ en croix avec des saints (Viterbe, Cassa di Risparmio).