En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mateo Gilarte

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Orihuela v.  1625  – Murcie 1675).

Il débute à Valence, puis se rend à Murcie en 1651, où il devient le peintre le plus en vue de son temps. Son style, d'abord un peu archaïque et sombre, s'inspire du naturalisme ténébriste (les Disciples d'Emmaüs du musée de Tolède reflètent l'influence d'Orrente), puis graduellement s'éclaire (Vie de la Vierge, peinte en 1651 pour S. Esteban de Murcie, dispersée entre divers musées secondaires, Albacete, Gérone, Huesca ; seule la Nativité de la Vierge est au Prado). Gilarte imite parfois les gravures flamandes d'après Rubens (Adoration des mages, au musée de Gérone). Mais ses meilleures toiles évoquent la peinture de Zurbarán, par leur réalisme rustique et leur intimité paisible, comme par leurs draperies assez sculpturales. Dans le dernier grand ensemble de Gilarte, celui de la chapelle du Rosaire à S. Domingo de Murcie (1663-1666), les compositions (Jacob et l'ange, Saint Dominique et la Vierge) gagnent en souplesse et en mouvement, tandis que le paysage prend une importance nouvelle.