En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcus Gheeraerts ou Marcus Gheeraedts

dit le Jeune

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre anglais (Bruges 1561 [ ? ] – Londres 1636).

Fils de Marcus Gheeraerts le Vieux, il vint à Londres en 1568. Il retourna sans doute à Anvers avant 1590, car l'influence de Pourbus marque ses premières œuvres. Dans sa jeunesse, il se trouva, avec son beau-frère, Isaac Oliver, à la tête de l'art officiel pendant les dix dernières années du règne d'Élisabeth Ire. Ils développèrent — par opposition à la tradition linéaire, sans relief et à deux dimensions, qui était celle d'Hilliard — un nouveau réalisme perspectif, rehaussé d'éléments fantaisistes et romanesques. On doit à Gheeraerts d'avoir, pendant cette même période, réhabilité le portrait en pied. Les 2 derniers chefs-d'œuvre élisabéthains de l'artiste sont le Portrait Ditchley d'Élisabeth Ire (1592 [ ?], Londres, N. P. G.) et celui du 2e Comte d'Essex (1596, Woburn Abbey, coll. du duc de Bedford). Sous Jacques Ier, Gheeraerts devint le portraitiste de la reine Anne de Danemark, mais perdit la faveur royale à l'arrivée de Van Somer et de Mytens. Les membres de sociétés savantes et ceux d'une noblesse provinciale furent, ensuite, ses seuls clients. Le portrait de Mary, lady Scudamore (1608, Londres, Tate Gal.) constitue un bon exemple de la manière tardive du peintre.