En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Léo Gestel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Woerden 1881  –Blaricum 1941).

Élève de l'Académie d'Amsterdam, il vint à Paris en 1904, en compagnie de Jan Sluyters. Comme lui, Gestel joua un rôle non négligeable en Hollande dans la diffusion de l'art moderne et fut marqué successivement par le Divisionnisme, Van Gogh, créant une série de paysages proche du fauvisme (Arbre d'automne, 1910-11, Blaricum, coll. Slijper) et le Cubisme (Femme debout, 1913, Amsterdam, Stedelijk Museum). Un séjour à Majorque en 1914 lui inspira une suite de toiles très homogènes dont certaines atteignent, à travers la leçon décantée du Cubisme et du Futurisme, à une densité formelle presque abstraite (Mallorca, La Haye, Gemeentemuseum). À Bergen, pendant la guerre, il fit sien le réalisme rustique qui y était en faveur et fut ensuite sensiblement influencé par l'Expressionnisme flamand de De Smet et de Van den Berghe (la Lys, 1927) ou de Permeke (Têtes de pêcheurs de Spakenburg, 1934). Il est bien représenté dans les musées d'Amsterdam (Stedelijk Museum) et de La Haye (Gemeentemuseum).

Un musée Gestel a été créé à Blaricum. En 1983, les musées de Haarlem et de Bois-le-Duc lui ont consacré une exposition rétrospective.