En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernardo Germán y Llorente ou Bernardo Germán Llorente

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Séville 1680  – id. 1759).

Parmi les imitateurs tardifs de Murillo, il apparaît comme l'un des plus doués ; il ne se limite pas au répertoire religieux. Il devint populaire grâce à son interprétation picturale d'un thème dévot lancé au début du xviiie s. par un capucin, frère Isidoro de Sevilla, et qui se répandit très vite dans toute l'Espagne : celui de la " Divina Pastora ", la " Vierge bergère " avec un grand chapeau de paysanne veillant sur un troupeau de jeunes agneaux (Prado). Il peignit avec le même succès des saintes (Sainte Anne, Sainte Madeleine, musée de Séville) et des sujets religieux variés. Mais il fut aussi estimé comme portraitiste : séjournant à Séville en 1729, les souverains apprécièrent vivement son portrait de l'Infant Philippe (Barcelone, coll. part.) et voulurent, sans succès, l'attirer à la Cour. Il fut du moins l'un des premiers membres de l'Académie de S. Fernando (1756). L'aspect le plus personnel de son talent est représenté par deux natures mortes en trompe-l'œil (le Tabac et le Vin, allégories de l'odorat et du goût, Louvre) qui, par la plasticité du traitement et la disposition des objets dans l'espace, renouvellent la grande tradition espagnole.