En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andrew Geddes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur britannique (Édimbourg 1783  – Londres 1844).

Après des études classiques à Édimbourg, il arrive à Londres en 1807 pour étudier à la Royal Academy School, où il rencontre Wilkie. De retour à Édimbourg en 1810, Geddes commence sa carrière comme portraitiste ; de nouveau à Londres en 1814, il choisit la capitale anglaise comme résidence principale sans pour cela abandonner son pays natal, où il retournera fréquemment. Grand voyageur, il visite la France, l'Allemagne et l'Italie (1814 et 1828-1831), étudie les maîtres anciens, en particulier les Vénitiens. En 1832, il est reçu A. R. A. Si Geddes n'a pas la vigueur d'un Raeburn ou la facilité d'un Gordon, il se révèle cependant portraitiste de talent, remarquable par son sens de la couleur et la sensibilité du trait (George Sanders, 1816, Édimbourg, N. G.). Beaucoup de ses œuvres suivent une glorieuse tradition, et le portrait de la Mère de l'artiste (1822, id.) doit beaucoup à Rembrandt, dont Geddes possédait une importante collection d'estampes. Lui-même graveur de qualité, il a fait revivre avec Wilkie l'art de la gravure en Écosse : copies de tableaux anciens, paysages, portraits.