En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Gandolfi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres italiens.

Ubaldo (San Matteo della Decima 1728  – Ravenne 1781). Inscrit à l'Accademia Clementina, il y fut l'élève de Torelli, de Graziani et de Lelli.

Son frère cadet Gaetano (San Matteo della Decima 1734 –Bologne 1802) reçut le même enseignement que son aîné, qui fut aussi son maître. 1760 est une date décisive pour les deux frères, qui, après une année d'études à Venise, furent élus membres de l'Accademia Clementina en reconnaissance de leurs talents, déjà indiscutables. Leur activité féconde contribue ensuite à élargir leur réputation. Ubaldo envoie des tableaux à Rimini, à Ravenne, à Reggio et même à Saint-Pétersbourg ; Gaetano a des clients en Toscane, à Rome, à Vercelli, à Reggio, à Rimini, à Naples ainsi qu'à Vienne et à Moscou. En 1772, Ubaldo est élu prince de l'Accademia. Églises et palais de Bologne portent encore l'empreinte de son activité, tandis que nombre de ses tableaux figurent chez de grands collectionneurs bolonais et dans la collection des comtes Isolani Lupari en particulier. En 1781, il exécute aussi 2 statues de Prophètes pour S. Giuliano de Bologne, où elles se trouvent toujours. La production de Gaetano est cependant plus importante encore, car il se distingua en outre dans le dessin et la gravure. Peintre d'instinct, ses œuvres se ressentent cependant parfois de concessions au goût académique. L'influence indubitable qu'eurent sur les Gandolfi des peintres vénitiens comme Sebastiano Ricci, Tiepolo et Pittoni ne réussit pas néanmoins à effacer complètement leur attachement à la tradition locale. Les Gandolfi sont en tout cas les représentants les plus remarquables de l'école bolonaise de la seconde moitié du xviiie s. Les deux frères sont bien représentés (par des compositions religieuses et mythologiques, des portraits et des esquisses) à la P. N. de Bologne (citons en particulier les grandes Noces de Cana de Gaetano, dont l'esquisse se trouve à la W. A. G. de Baltimore) et au Museo Civico de Bologne.

Mauro (Bologne 1764 – id. 1834). Fils de Gaetano, il fut lui aussi peintre, dans la tradition familiale (œuvres à la P.N. de Bologne).